TGV contre avion: les infrastructures se préparent

Publié le 15 Septembre 2006

En même temps  qu'Air France et la SNCF préparent leurs tarifs et leur communication, la ville de Strasbourg et l'aéroport de Strasbourg-Entzheim se transforment pour rivaliser d'attractivité et de séduction auprès des voyageurs.
La gare et l'aéroport sont tous les deux en grands travaux pour repenser l'offre de services aux passagers et visiteurs ainsi que la qualité d'accueil.

L'aéroport prévoit le développement de son offre de restauration: restaurant agrandi, service en continu, boulangerie, à l'image des services de restauration présents dans d'autres aéroports. L'ambition de Julien Reix, nouveau directeur d'exploitation de l'Aéroport International de Strasbourg, n'est pas seulement de nourrir les âssagers affamés en trasit, mais bel et bien d'apporter une valeur ajoutée à l'aéroport avec l'organisation d'animations thématiques, qu'il s'agisse de prestations liées au calendrier événemetiel de la région Alsace ou de semaine de dégustation...

Pendant ce temps-là, la gare de Strasbourg est en train de traverser un ravalement spectaculaire, avec l'ouverture à l'air libre de la galerie à l'En-Verre et du parking de la gare, générant un chantier paharonique en plein Strasbourg alors que la gare reste en activité malgré les travaux.
Développement des capacités d'accueil des passagers et des véhicules, voitures comme vélos, préparations des infrastructures pour accueillir non seulement le TGV mais aussi le futur tram-train prévu pour 2009, mais aussi amélioration des conditions de circulation des piétons (passages souterrains, espaces verts) comme des automobilistes (désengorgement du boulevard Wilson).
On évalue que le trafic de passagers à la gare de Strasbourg fera un bond de +30% avec l'arrivée du TGV. En attendant, la Communauté Urbaine de Strasbourg s'emploie à faire patienter les usagers de la gare de Strasbourg en multipliant les opérations d'informations: panneaux d'affichage, distribution de prospectus et de plaquettes, site Internet spécifique...


Aéroport : la nouvelle offre d’Elior

Un restaurant agrandi, une carte retravaillée par Antoine Westermann, chef du Buerehiesel, un service continu et une boulangerie Paul sont les grands traits du concept restauration repensé par le nouveau directeur d'exploitation, Julien Reix, à l’Aéroport international Strasbourg. Affilié au groupe Elior, présent dans de nombreux sites comme Nice, Lyon, Orly ou Roissy, il compte puiser dans l’expérience acquise et y ajouter une note dynamique très personnelle.


Si vous êtes passé récemment dans l’aérogare, vous avez certainement constaté les prémices du chantier qui revigorera, à l’horizon 2007, l’offre en restauration de l’aéroport. Le principe affiché par Julien Reix privilégie l’accueil du voyageur. Ce dernier pourra s’installer dans un grand restaurant à la décoration modernisée «tendance» et découvrir une carte à la portée de tous les budgets. Les plus pressés pourront, eux, se procurer des sandwichs ou s’accorder une pause-café dans les bars. Julien Reix explique : «Par ces diverses offres regroupées au rez-de-chaussée, nous voulons présenter une vitrine moderne, flexible et avenante de l’Alsace. Pas de restriction locale et pourtant une note individuelle sachant allier l'ouverture internationale de notre région et sa spécificité. Nous prévoyons également deux autres bars en zone internationale et des distributeurs permettant une restauration 24h sur 24 répartis sur tout le site.» Et ce n’est pas tout. Les projets d’animation foisonnent. «Ce ne sera en rien une offre statique. Bien au contraire, nous comptons organiser des semaines gastronomiques sur des thèmes régionaux ou internationaux, des dégustations de vins, des animations en phase avec les évènements locaux. Dans un deuxième temps, nous voulons attirer la clientèle de la région et amener par notre activité des acteurs économiques sur le site. Bref, un véritable service à l’entreprise. D’ailleurs, les employés de l’aéroport profitent déjà de notre offre. L’aéroport peut devenir un grand complexe d’affaires. Notre carte à jouer ? La diversification de nos prestations qui peut contribuer à transformer l’aéroport.»

Source: CCI Strasbourg, Le Point Eco n°252 Septembre 2006


> Strasbourg prépare l'arrivée du TGV : cliquez ici pour en savoir plus.

La gare de Strasbourg sera l’objet d’un profond réaménagement. Un chantier capital qui prépare l’arrivée du TGV et organise la gare comme une plate-forme d’échanges majeure entre tous les moyens de transports.

 
Deuxième gare de province, la gare de Strasbourg est
particulièrement bien desservie par le réseau TER Alsace et le réseau SNCF national. Avec 13 gares ou points d’arrêt dans la CUS, le TER est aussi un mode de transport extrêmement rapide à l’intérieur de l’agglomération. Les gares offrent des correspondances avec le réseau CTS, qu’il s’agisse des lignes A et D du tramway à la gare centrale, de la ligne B à Hoenheim-Gare et de la ligne A à Krimmeri-Meinau. Côté tarifs, les cartes City, les abonnements Alsaplus Job et Campus permettent d’utiliser indifféremment le bus, le tram ou le train dans la CUS.

Trois enjeux majeurs


La place du train dans le réseau des transports collectifs sera confortée dans les années à venir. La gare de Strasbourg va, en effet, bénéficier d’un profond réaménagement. Ce programme répond à trois enjeux majeurs : préparer l’arrivée du TGV en juillet 2007 et du tram-train en 2009, organiser la gare comme une plate-forme d’échanges entre le train, le tram, le tram-train, le vélo et le bus, améliorer les accès et l’aspect paysager de la gare. Un chantier de première importance : ces infrastructures permettront d’affirmer la vocation euro-péenne de Strasbourg. Concrètement, quelles seront ces transformations ?

Augmenter la capacité d'accueil

La gare de Strasbourg doit avant tout augmenter sa capacité d’accueil pour faire face au doublement du nombre des voyageurs grandes lignes d’ici 2007. L’extension du parking Sainte-Aurélie et la construction d’un parking en silo rue Wodli permettront de répondre à cette hausse de la fréquentation en portant l’offre de stationnement à 1 000 places supplémentaires. Un parking à vélo sécurisé de 1000 places sera également créé.

Réhabiliter la façade historique

Le bâtiment, datant de 1881, sera réhabilité et la façade historique agrandie d’une spectaculaire verrière couvrant une surface de 2 000 m2. Elle abritera les voyageurs sortant du bus, du tram, du tram-train, des taxis et des voitures. L’ouverture d’un 3ème passage sous-terrain favorisera les déplacements depuis les quais.

Repenser la circulation automobile

La circulation automobile subira également des modifications pour faciliter l’approche de la gare en voiture. Le projet phare concerne la création d’une voie routière passant derrière la gare pour rejoindre la route de Koenigshoffen. Ce nouvel axe orienté ouest-est permettra de désengorger l’axe nord-sud : le boulevard Wilson aujourd’hui saturé.

Améliorer l'aspect paysager

 

La place de la gare sera agrémentée d’espaces verts grâce à la suppression d’une centaine de places de stationne-ment sous-terrain. Toutes ces opérations offriront un nouveau visage et un nouveau statut à la gare qui mettra notre ville à la croisée des axes nord-sud et est-ouest des trains à grande vitesse.

Le saviez vous?
A l’horizon 2007, la gare de Strasbourg verra le nombre de voyageurs passer de 40 000 à 60 000 par jour. 15 allers-retours quotidiens en TGV sont prévus entre Strasbourg et Paris dès 2007.


Source: Strasbourg Communauté Urbaine



Strasbourg au carrefour européen de la grande vitesse

 

Juin 2007 : Strasbourg, l'Europe à grande vitesse

La mise en service du TGV Est Européen, en juin 2007, aura pour effet d'améliorer considérablement l’accès à Strasbourg, en provenance de Paris et du reste de la France, comme en provenance d’Allemagne ou de Suisse.

Avec la mise en service du TGV Est Européen, Strasbourg bénéficiera chaque jour de 50 dessertes TGV :

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

  • 16 allers-retours sans arrêts vers Paris en 2h20,
  • 3 allers-retours directs vers Lille en 3h20, avec passage par l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle TGV en 2h25,
  • 6 allers-retours directs vers Marne-la-Vallée TGV en 2h25 et Massy TGV en 3h00
  • 1 aller-retour direct vers Rennes en 5h10,
  • 2 allers-retours directs vers Nantes en 5h10,
  • 3 allers-retours directs vers Bordeaux en 6h20.

En outre, certaines des liaisons Paris-Strasbourg assureront des relations avec l’Allemagne et la Suisse permettant, depuis Strasbourg :

  • 4 allers-retours vers Stuttgart en 1h30 (via Karlsruhe en 40 min), dont 2 prolongés jusqu’à Munich (3h40)
  • 4 allers-retours vers Bâle en 1h10,
  • 3 allers-retours vers Zürich en 2h10.

A la mise en service du TGV Est Européen en 2007 s’ajoutera, en 2012, la mise en service du TGV Rhin-Rhône entre Mulhouse et Dijon. Le gain de temps sur le trajet Strasbourg-Lyon sera ainsi de 1h25 par rapport au temps de trajet actuel, pour passer à 3h15 et permettant une liaison Strasbourg-Marseille en 5h05.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Ces deux TGV vont donc placer Strasbourg au croisement stratégique des deux axes ferroviaires à grande vitesse qui structureront l’Europe : la « Magistrale » Paris-Budapest, via Strasbourg, Munich et Vienne, et l’axe Mer du Nord Méditerranée, qui reliera Hambourg à Marseille et à l’Espagne, par Francfort, Strasbourg et Lyon.

L’articulation de ces deux axes sera assurée par le maillon Strasbourg-Kehl-Appenweier, d’une quinzaine de kilomètres, qui permettra d’interconnecter les réseaux français et allemand à grande vitesse (TGV et ICE). L’Allemagne a programmé pour 2010 la construction d’un nouveau pont sur le Rhin, entre Kehl et Strasbourg, ainsi que des travaux de modernisation de la ligne entre Kehl et Appenweier. L’Union Européenne a fait figurer ces travaux sur la liste des projets prioritaires pour la constitution du réseau transeuropéen de transport.

L’effort porte désormais sur une mise en chantier rapide des 100 derniers kilomètres de ligne nouvelle à grande vitesse à construire entre Baudrecourt (au sud de Metz) et Strasbourg.

Après l’achèvement de ce dernier tronçon, le TGV Est Européen permettra un gain de temps encore plus important, plaçant Strasbourg à 1h50 de Paris !

La prochaine mise en service des TGV contribuera à renforcer encore les nombreux atouts dont dispose Strasbourg dans tous les domaines : entreprises, universités et recherche, institutions internationales, culture, tourisme etc.

Source: Strasbourg Communauté Urbaine

Rédigé par Claire-Marie

Publié dans #ça se passe en Alsace ...

Repost 0
Commenter cet article